Cinéma Québécois

Quête

+

Le rossignol et les cloches

Genre(s)
Mélodrame musical
Support(s)
16 mm
Durée
85 m
Année de sortie
1952
Budget
85 000 $

La revanche du rossignol
Dans un village près de Montréal, un enfant de douze ans doué d'une voix exceptionnelle gâche le concert que donne une pianiste de renom originaire de la paroisse en vue de l'achat de cloches pour l'église. Il vient ensuite à Montréal à la fois pour s'excuser auprès de la musicienne et pour gagner des sous avec sa voix. Après quelques mésaventures, il revient au village donner un grand concert avec la pianiste, laquelle connaît à ce moment une réconciliation avec son amoureux.

Hollywood, PQ
Mal vu par les critiques,  Le rossignol et les cloches a connu beaucoup de succès à sa sortie grâce à la participation du petit Gérard Barbeau, « l'enfant à la voix d'or ». C'est la belle époque du « Hollywood francophone », alors que fleurit, au Québec, une production commerciale de mélodrames cautionnés par le clergé. Cette production a pour titres Le père Chopin, Un homme et son péché, Tit-Coq, ou encore La petite Aurore, l'enfant martyre. L'arrivée de la télévision, en 1952, devait sonner le glas de cette industrie naissante. 

La mort de la voix d'or
Enfant prodige,  Gérard Barbeau a été applaudi en Amérique comme en Europe. Il est mort à 24 ans, au moment où il étudiait en théologie en vue de devenir prêtre.

Générique

Production : Richard J. Jarvis
Réalisation : René Delacroix
Scénarisation : Joseph Schull
Direction photo : Akos Farkas
Montage : Anton Van de Water
Prise de son, conception sonore : Oscar Marcoux
Musique : Allan McIver
Interprètes : Gérard Barbeau, Jean Coutu, Nicole Germain, Juliette Béliveau, Clément Latour, Ovila Légaré , Hector Charland, Roger Baulu, Juliette Huot, Georges Paquin, Yves Létourneau, Janine Fluet.

Prix et honneurs

À propos Contact Crédits
Site produit par : Site réalisé par : Turbulent Media
Avec la participation financière de :