Cinéma Québécois

Quête

+

Les Montréalistes

Genre(s)
Documentaire
Support(s)
16 mm couleur
Durée
27 min
Année de sortie
1965
Budget
33 584 $

Montréal, cité mystique…
Les Montréalistes raconte les péripéties de la fondation de Ville-Marie, en 1642 par Paul Chomedey de Maisonneuve, Jeanne Mance et leur poignée de compagnons. Ils étaient commandités par la Société Notre-Dame de Montréal, basée en France, qui était propriétaire de l'île. Tandis que des intérêts économiques ont présidé à la fondation de la ville de Québec, les « Montréalistes », comme ils se nommaient eux-mêmes, étaient surtout animés de sentiments religieux : ils souhaitaient établir une cité missionnaire au coeur de la Nouvelle-France, afin d'y évangéliser les « sauvages ». À Québec, le gouverneur Montmagny tenta bien de dissuader Maisonneuve de se lancer dans une entreprise aussi dangereuse, mais celui-ci rétorqua que rien ne lui ferait renoncer à fonder sa colonie, « même si tous les arbres de l'île devaient se changer en autant d'Iroquois ». La détermination de ces quelques dizaines de pionniers assura la survie d'une très fragile colonie, qui allait devenir Montréal, grande métropole d'Amérique du Nord.

… dans l'œil moqueur de Denys Arcand
Avec les films Champ lain et La route de l'Ouest, Les Montréalistes fait partie d'une trilogie commandée à Denys Arcand par l'ONF dans le cadre des célébrations prochaines du centenaire de la confédération canadienne, en 1967. Le texte de la narration, est de la scénariste Andrée Thibault, mais Arcand prend toute la liberté possible pour le mettre en images. Ainsi, les images qui accompagnent le récit édifiant de la fondation de Montréal font surtout la critique muette de l'état où se trouve la ville, que le cinéaste ne semble guère apprécier, au moment du tournage. Le montage éclaté fait aussi contrepoint au ton respectueux, très classique, de la narration. Arcand a provoqué une fois de plus la censure, par une scène d'auto flagellation d'une religieuse; mais ces images furent coupées au montage, la sage narration qui les accompagnait étant préservée… sur un écran noir!

Générique

Réalisation : Denys Arcand .
Production : André Belleau
Scénario : Andrée Thibault
Images : Bernard Gosselin, assisté de Jacques Leduc, avec la participation de Michel Brault
Montage : Monique Fortier
Montage sonore : Pierre Bernier
Musique : The Renaissance Singers of Montreal dirigés par : Donald Mackey
Pièces électroniques: Pierre Henry, Pierre Schaeffer. Conseillers : Gustave Lanctôt, Maurice Careless
Narrateurs: Gisèle Trépanier, Gilles Marsolais
Effets spéciaux : Gilles Tremblay
Mixage : Joseph Champ agne, George Croll. Direction : André Belleau

Prix et honneurs

À propos Contact Crédits
Site produit par : Site réalisé par : Turbulent Media
Avec la participation financière de :