Cinéma Québécois

Quête

+

Le déclin de l'empire américain

Genre(s)
Comédie dramatique
Support(s)
DVD / 16 mm / 35 mm / VHS
Durée
101 min 36 s
Année de sortie
1986
Budget
~ 1,8 M $
Box-Office Québécois
2,2 M $

Les quatre vérités de quatre couples d'amis
Pendant que les hommes sont aux fourneaux à cuisiner le repas du soir, les femmes, elles, se chauffent les muscles au centre sportif. Ces universitaires sont tantôt amants, tantôt mariés, mais ils sont tous amis. Au cœur de leurs conversations : le sexe et l'Histoire. Réunis autour du repas, hommes et femmes poursuivent leurs discussions jusque tard le soir : quelques infidélités révélées feront beaucoup de mal. Le lendemain matin, il faut apprendre à vivre avec tout ça.

Les intérêts profonds de Denys Arcand
Au mitan de son âge et de sa carrière de cinéaste, Denys Arcand avoue trouver autant de satisfaction dans un bon roman que dans un long métrage. Avec le Déclin, il se fait plaisir en donnant un côté très littéraire à une œuvre cinématographique. Il défie les conventions avec très peu d'action et beaucoup de dialogues, dictés par sa culture et ses intérêts d'historien.

La révélation d'un critique
Un journaliste a écrit : « Dans ce film, des intellectuels se désolent de la condition humaine, ce qui est le propre des intellectuels. Mais il ne faut pas porter trop d'attention à ce qu'ils disent. » À la lecture de ces lignes, Arcand est ravi : « C'est exactement ça que j'ai voulu faire et c'était inconscient chez moi au moment où je l'ai fait . Lui, il l'avait vu, et c'est ce que je rechercherais dans les critiques, quelqu'un qui m'apprenne ce que j'avais fait. » Arcand parle aussi d'un autre « personnage », majeur mais invisible, de son film : « C'est la caméra qui nous dit que le vin a une couleur splendide, que le lac Memphrémagog est extrêmement beau, que l'amitié qui unit ces gens-là est extrêmement importante, mais les personnages n'en parlent pas. Après tout ce qu'on lit à propos de ce film censé montrer des gens désabusés en perte d'amour… Regardez bien le film, il dit le contraire, il dit que ces gens sont heureux, ils habitent un pays doux et plaisant et paisible. »

Générique

Production : Roger Frappier, René Malo
Réalisation : Denys Arcand
Scénarisation : Denys Arcand
Direction : Lyse Lafontaine
Montage : Monique Fortier
Prise de son : Richard Besse
Costumes : Denis Sperdouklis
Décors : Gaudeline Sauriol
Musique : François Dompierre
Interprètes : Dominique Michel, Louise Portal, Rémy Girard, Dorothée Berryman, Pierre Curzi , Geneviève Rioux, Daniel Brière, Gabriel Arcand

Prix et honneurs

Primé au Festival de Cannes, aux Génie, au New York Film Critics Circle Awards, au Festival international des films de Toronto et un box-office de plus de 25 millions de $ à l'étranger.

À propos Contact Crédits
Site produit par : Site réalisé par : Turbulent Media
Avec la participation financière de :