Cinéma Québécois

Quête

+

Les sept jours du talion

Genre(s)
Drame psychologique
Support(s)
35 mm
Durée
111 min
Année de sortie
2010
Budget
3 400 000 $

L'innocence perdue

Le chirurgien Bruno Hamel de Drummondville mène une vie tranquille avec sa femme et sa petite Jasmine de huit ans. Sa vie bascule quand la petite est violée et assassinée. Le coupable est rapidement arrêté. Bruno réussit à s'emparer du monstre et il l'emmène dans un chalet éloigné où il a tout préparé pour se venger. Il prévient la police : il va torturer son prisonnier pendant sept jours, puis il va le tuer et se rendre. Comme médecin, il sait quand s'arrêter pour garder sa victime en vie tout en le faisant souffrir au maximum. Finalement, la police ayant trouvé son repère, il n'exécute pas le meurtrier bien qu'il en aurait la possibilité.

La vengeance est-elle thérapeutique?

Le talion, loi très ancienne et avalisée aussi bien par la bible que par le coran (bien que combattue par le christianisme), c'est l'égalité du crime et de sa punition : «œil pour œil, dent pour dent»… C'est le plus souvent la justification d'une vengeance en proportion du mal subi, réflexe provoqué par une grande souffrance et que toute personne peut ressentir. Dans le film de Podz, adapté du roman éponyme de Patrick Sénécal, Bruno va finalement découvrir que la vengeance n'est pas thérapeutique, qu'elle n'exorcise pas la douleur. Au contraire, elle risque de détruire celui qui l'exerce, le tortionnaire reniant les valeurs qui avaient fondé sa vie.

Générique

Production : Nicole Robert
Réalisation : Podz
Scénarisation : Patrick Sénécal
Direction photo : Bernard Couture
Son : Michel Lecoufle
Montage : Valérie Héroux
Musique : Nicholas Maranda
Direction artistique : André Guimond

Interprète : Claude Legault, Martin Dubreuil, Fanny Mallette, Rémy Girard, Rose-Marie Coallier

Prix et honneurs

À propos Contact Crédits
Site produit par : Site réalisé par : Turbulent Media
Avec la participation financière de :