Cinéma Québécois

Quête

+

Matusalem

Genre(s)
Aventures fantaisistes pour enfants
Support(s)
35 mm
Durée
105 min.
Année de sortie
1993
Budget
3 600 000 $

Une nouveauté dans le cinéma québécois : un film de pirates

Pour le petit Olivier, c'est le jour de son anniversaire et il s'éloigne pour éviter les taquineries de ses amis de l'école. C'est ainsi qu'il rencontre le fantôme de Philippe de Beauchesne, dit «Dent-de-lune», réincarné tous les 50 ans, le jour de son anniversaire, pour tenter de déjouer un sort qu'il subit depuis 250 ans. Pour Olivier, c'est le début d'une grande aventure au milieu de pirates se battant les uns contre les autres dans les mers du Sud. Il réussit à s'en sortir et à aider de Beauchesne, avec l'aide de ses amis venus à sa rescousse.

Un ton réaliste et des effets spéciaux

Le défi est de taille : faire une sorte de «conte pour tous» à la manière de la série de Rock Demers et raconter une histoire de pirates qui va se jouer sur deux siècles et demi. Un enfant vient en aide à un pirate, mais se fait capturer par d'autres pirates. On passe d'aujourd'hui à un passé de plus de deux siècles, d'une porte dans Sainte-Lucie de Bagot, en plein hiver, au beau soleil d'une plage de Cuba. Le fantôme doit se faire connaître et se donner une crédibilité. Roger Cantin sait depuis plusieurs années donner un ton fantaisiste à ses films; il a déjà imaginé des effets spéciaux spectaculaires. Il se surpasse ici, avec l'aide de techniciens aguerris (le fantôme qui se coupe la tête, les passages temporels, etc.) Il mêle aventures, humour et un brin de romantisme. Le comédien Marc Labrêche trouve avec de Beauchesne un de ses premiers grands rôles.

Un nouveau type de mise en marché

À la manière américaine, le film sort sur un grand nombre d'écrans (43), un nombre inédit au Québec, avec une campagne de presse où s'implique la chaîne des restaurants McDonald's. La critique en dit : «Le pur plaisir du cinéma. Il reste qu'au-delà de quelques flottements, le film est porté par une foule de petits détails ingénieux, drôles, piquants qui font du cinéma de Roger Cantin une matière vivante et alerte. Les films, disait Fassbinder, doivent libérer la tête. Matusalem, à sa façon, y contribue humblement sans trop en avoir l'air. C'est déjà ça de pris sur la grisaille environnante. (Jean-Claude Marineau)

Générique

Production : Claude Bonin, Yves Rivard (Onf)
Réalisation : Roger Cantin
Scénarisation : Roger Cantin
Photographie : Michel Caron
Montage : Yves Langlois
Musique : Milan Kymlicka
Son : Dominique Chartrand, Jacques Drouin (Onf)
Direction artistique : Vianney Gauthier
Costumes : Lyse Bédard

Interprètes : Marc Labrèche, Jessica Barker, Maxime Collin, Steve Gendron, Marie-France Monette, Émile Proulx-Cloutier et Jod Léveillé-Bernard.

Prix et honneurs

À propos Contact Crédits
Site produit par : Site réalisé par : Turbulent Media
Avec la participation financière de :