Cinéma Québécois

Quête

+

Pouvoir intime

Genre(s)
Suspense
Support(s)
35 mm
Durée
85 minutes
Année de sortie
1986
Budget
1 735 418 $

Un hold-up en cache un autre

Le sous-ministre de la Justice veut faire disparaître un dossier compromettant pour lui. Un haut gradé de la police, toujours à la frange entre la justice et le crime, engage Théo, criminel devenu délateur, sorti prématurément de prison, pour organiser le vol du document, transporté par un camion blindé d'une agence de transport sécuritaire. Tout est organisé au poil, mais un incident survient au dernier moment; le coup dérape et s'achève par une tuerie. Théo et ses acolytes, dont son fils, réussissent à amener le camion à l'entrepôt prévu. Mais un gardien zélé s'est enfermé dans le camion. Les tentatives pour le faire sortir deviennent un affrontement psychologique où c'est le «pouvoir intime» de chacun qui commande ses gestes. Finalement, tout le monde y laisse sa peau, sauf l'amie d'un des voleurs, qui repart avec un gros magot.

Un film peu bavard

Dans Pouvoir intime, on sait peu de choses des protagonistes. Seules quelques petites touches visuelles livrent des détails biographiques. On y entend peu de paroles. Les personnages ne se répandent pas en états d'âme. Simoneau ne livre que l'essentiel de ses personnages, se concentrant sur l'action présente. Un montage rigoureux crée le suspense voulu. Cela donne un thriller classique auquel s'ajoutent des fines touches psychologiques, car le gardien enfermé, qui a toutes les allures d'un gros dur, est en réalité un gai s'émerveillant devant les photos de son jeune amoureux. On ne voit guère souvent ce type d'homosexualité dans les années 1980.

Générique

Production : Claude Bonin, Roger Frappier
Réalisation : Yves Simoneau
Scénarisation : Yves Simoneau, Pierre Curzi
Photographie : Guy Dufaux
Montage : André Corriveau
Musique : Richard Grégoire
Son : Michel Charron, Paul Pagé
Direction artistique : Michel Proulx

Interprètes : Pierre Curzi, Éric Brisebois, Jacques Godin, Marie Tifo, Jean-Louis Millette, Robert Gravel, Yvan Ponton

Prix et honneurs

Prix de la Société générale du cinéma accordé au meilleur réalisateur d'un long métrage de fiction (50 000 $), partagé avec La couleur encerclée de Jean et Serge Gagné.

À propos Contact Crédits
Site produit par : Site réalisé par : Turbulent Media
Avec la participation financière de :