Cinéma Québécois

Quête

+

Elles étaient cinq

Genre(s)
Drame psychologique
Support(s)
35 mm
Durée
82 minutes
Année de sortie
2004
Budget
2 500 000 $

L'innocence perdue

On est en 1987. Cinq filles de 17 ans se retrouvent au chalet des parents de Sophie, près d'un lac dans une campagne éloignée, pour un dernier party avant d'entrer au cégep. Manon et Sophie vont «sur le pouce» chercher de la bière au dépanneur du village voisin. Pour le retour, un jeune homme dans une jeep les embarque, puis il les amène à l'écart, les viole toutes les deux, tue Sophie et mutile Manon. Quinze ans plus tard, cette dernière apprend que le violeur est en libération conditionnelle. Elle avait coupé les ponts avec les copines pour fuir tout ce qui pouvait rappeler le drame, mais il est temps de s'en libérer vraiment. Elle convainc Anne, Claudia et Isa de revenir avec elle au chalet. C'est un exorcisme pour Manon, qui pourra maintenant tomber amoureuse.

Les séquelles de la violence

Dans une esthétique sobre, mais qui amène lentement à un paroxysme presque insoutenable quand Manon revit et raconte la scène du crime, la réalisatrice soulève une réflexion profonde sur les séquelles d'un tel drame : la difficile survie au viol de l'âme, pire que celui du corps; l'incapacité à aimer pour la violée qui a survécu; la coupure des amitiés; la peur dont on ne peut se débarrasser; le ressentiment et le désir de vengeance; la douleur des parents qui ne reverront plus jamais leur fille et dont les relations sont difficiles parce que la mère a pardonné au violeur. Les conséquences des libérations conditionnelles sont souvent un nouveau drame pour les victimes d'un crime violent. Peuvent-elles croire en la réhabilitation du criminel ? Va-t-il revenir hanter les victimes ? «Je ne voulais pas donner de réponse, affirme la cinéaste, parce que c'est le genre de sujet auquel on ne doit pas en fournir». Elle a surtout voulu livrer un message d'espoir : «Par-delà leur traumatisme, je leur dis aux victimes : vous pouvez vous en sortir.»

Générique

Production : Richard Lalonde, Maxime Rémillard
Réalisation : Ghyslaine Côté
Scénarisation : Chantal Cadieux, Ghyslaine Côté
Montage : Richard Comeau
Musique : François Dompierre
Photographie : Alexis Durand-Brault
Son : Dominique Chartrand
Direction artistique : Richard Marchand

Interprètes : Jacinthe Laguë, Julie Deslauriers, Ingrid Falaise, Brigitte Lafleur, Noémie Yelle, Sylvain Carrier, Diane Lavallée, Robert Lalonde, Louise Portal, Peter Miller.

Prix et honneurs

2004 : Prix de la meilleure contribution artistique au Festival des films du monde de Montréal à Ghyslaine Côté et prix du Public pour le film canadien le plus populaire
2005 : Jutra de la Meilleure actrice de soutien à Brigitte Lafleur

À propos Contact Crédits
Site produit par : Site réalisé par : Turbulent Media
Avec la participation financière de :