Cinéma Québécois

Quête

+

Ça n'est pas le temps des romans

Genre(s)
comédie dramatique
Support(s)
DVD / 16 mm
Durée
28 min
Année de sortie
1967
Budget
36 910 $

Une journée dans la vie d'une mère bourgeoise de 40 ans
La journée de Madeleine, mère de cinq enfants, bourgeoise à l'aube de la quarantaine, commence en pagaille : très indisciplinés, les enfants irritent leur père qui part se réfugier dans son travail; le reste la journée laisse Madeleine, qui habite dans une belle maison des Laurentides, seule avec ses corvées domestiques, les enfants qui jouent… et ses fantasmes. Au retour du mari, le soir, le couple est réconcilié.

Moins soumise, pas encore libérée
Ça n'est pas le temps des romans, « un tiers de film par Fernand Dansereau » comme l'indique le générique, montre une femme entre deux âges, celui de la maternité et celui de la maturité ; on la situe aussi entre deux époques, celle du matriarcat traditionnel et celle de l'émancipation féminine. Dans ce film tourné pour la télévision mais plus près de l'exercice de style que du téléroman traditionnel, Madeleine est seule avec elle-même et avec le spectateur, qu'elle prend parfois à témoin, par des clins d'œil ou encore par la simulation d'interview, à la manière documentaire.

Madeleine : le retour
Quarante ans après Ça n'est pas le temps des romans, qu'il considère comme un des meilleurs films de sa très longue filmographie, Fernand Dansereau a fait revivre le personnage de Madeleine dans son long métrage À la brunante où l'héroïne, âgée de 72 ans et atteinte de la maladie d'Alzheimer, fait le bilan de sa vie.

Générique

Production : ONF
Réalisation : Fernand Dansereau
Scénarisation : Fernand Dansereau
Direction photo : Thomas Vamos
Prise de son, conception sonore : Michel Hazel
Musique : chansons de Georges Dor et pièces de J.-S. Bach
Interprètes : Monique Mercure, Marc Favreau

Prix et honneurs

Primé aux Journées internationales du film de court métrage à Tours et aux Génie à Toronto

À propos Contact Crédits
Site produit par : Site réalisé par : Turbulent Media
Avec la participation financière de :