Cinéma Québécois

Quête

+

Caffè Italia Montréal

Genre(s)
docudrame
Support(s)
16 mm / VHS
Durée
81 min
Année de sortie
1985
Budget
375 000 $

Un siècle de présence italienne à Montréal
Du couronnement de Cordasco, « roi des travailleurs » en 1904, jusqu'au concert du chanteur rock Aldo Nova, dans les années 1980, le quartier de la Petite Italie témoigne de l'intégration de la plus importante minorité ethnique à Montréal. Quittant un pays pauvre et désorganisé au tournant du vingtième siècle, bien des Italo-Montréalais ont laissé leur cœur en Italie, quand ce n'était pas leurs femmes et leurs enfants, pour aller travailler notamment à la construction du chemin de fer pour le Canadien Pacifique. À travers des lettres et des reconstitutions dramatiques, Caffè Italia Montréal raconte l'histoire de cette communauté et sa coexistence avec des Canadiens français peu exposés aux nouveaux arrivants. Une partie importante de cette histoire se situe pendant la Seconde Guerre mondiale, alors que les Italiens d'ici étaient divisés à propos de Mussolini. Certains ont payé leur allégeance au « Duce » par un internement au camp militaire de Petawawa, en Ontario, sur l'ordre des autorités fédérales. Entre la nostalgie du pays d'origine et le désir d'intégration dans le pays d'adoption, il y a parfois des fossés entre les différentes générations d'immigrants italiens.

Cinésates québécois venus d'ailleurs
À partir d'un livre écrit par son ami et coscénariste Bruno Ramirez, historien d'origine italienne, Paul Tana réalise Caffè Italia Montréal en même temps que plusieurs cinéastes néo-québécois, à l'instar de la Chilienne Marilù Mallet ou du Colombien German Gutierrez, tournent des films également inspirés par leur propre parcours d'immigrants. Caffè Italia est aussi un docudrame au propos souvent humoristique, où les comédiens Tony Nardi et Pierre Curzi tiennent des rôles inspirés des personnages réels qui jalonnent l'histoire de notre communauté italienne, tels que nous les révèlent des correspondances privées, utilisées comme matériel historique. Contre les attentes de leurs auteurs, Caffè Italia a connu un certain succès commercial et une large diffusion dans le monde. Il a été désigné meilleur long métrage québécois de l'année 1985 par l'Association québécoise des critiques de cinéma.

Des Italiens, Montréalais et Canadiens
En 1985, les principaux intervenants contemporains de Caffè Italia Montréal, sauf Pierre Curzi, disaient se sentir appartenir à leur ville, Montréal, et à leur pays, le Canada, mais très peu s'identifiaient au Québec. Près d'un quart de siècle plus tard, Curzi affiche son attachement à la culture francophone de la province : il devient en 2007 député du Parti québécois à l'Assemblée nationale.

Générique

Production : Marc Daigle, ACPAV
Réalisation : Paul Tana
Scénarisation : Paul Tana
Direction photo : Michel Caron
Montage : Louise Surprenant
Prise de son, conception sonore : Serge Beauchemin
Direction artistique : Gaudeline Sauriol
Costumes : Huguette Gagné
Musique : Pierre Flynn, Andrea Piazza
Interprètes : Pierre Curzi, Benoit Dagenais, Myriam Cyr, Arthur Grosser, Walter Massey, Anna Starnino.

Prix et honneurs

Prix L.E. Ouimet-Molson et Prix du meilleur long métrage décerné par l'AQCC

À propos Contact Crédits
Site produit par : Site réalisé par : Turbulent Media
Avec la participation financière de :