Cinéma Québécois

Quête

+

La visite du général de Gaulle au Québec

Genre(s)
Documentaire
Support(s)
35 mm / 16 mm
Durée
28 m 44 s
Année de sortie
1967

Labrecque était là

En juillet 1967, le général de Gaulle, président de la République française, entreprend une visite d'État au Canada à l'occasion du centième anniversaire de la Confédération canadienne et d'Expo 67. Sa tournée triomphale du Québec culmine par un discours au balcon de l'hôtel de ville de Montréal, où il adresse à la foule des paroles qui feront connaître la « belle province » au monde entier. C'est l'inattendu « Vive le Québec libre » qui a soulevé les Québécois et offensé le Canada anglais. Le cinéaste Jean-Claude Labrecque a suivi pas à pas le général dans son séjour québécois.

Choix artistiques pour une visite historique
Le film relate la visite en trois mouvements : l'accueil officiel du général par les dignitaires canadiens et québécois, que Labrecque filme en plans larges, comme si le cinéaste observait de loin un protocole impersonnel qui ne le concernait pas. Le second mouvement témoigne de l'affection portée à de Gaulle par le bon peuple massé tout le long du Chemin du Roy, où le point de vue du général alterne avec celui de la foule. Enfin, pour filmer le discours aux Montréalais, dont personne ne connaissait le script, Labrecque a planté sa caméra au milieu des spectateurs : cadeau lancé à la foule, le vivat du général est tombée dans l'oreille des Québécois comme un bouquet de mariée. Le séjour du général se termine sur ces paroles adressées au peuple, alors qu'il visite l'Expo 67, suscitant partout le même enthousiasme.

Chef d'œuvre du cinéma direct
La rencontre d'un homme d'État aussi théâtral avec un cinéaste aussi habile ne pouvait qu'être féconde. Sans le « Vive le Québec libre! », le film eut quand même sans doute été très bon. Cette déclaration avait-elle été préméditée ? Les experts en débattent; mais il est clair qu'il s'est passé quelque chose sur le Chemin du Roy, qui a peut-être inspiré le général. L'affection exprimée par la foule l'a certainement beaucoup plus marqué que les rencontres protocolaires. Le montage du film, qui s'appuie sur les seules images, dépourvues de commentaires, le suggère fortement. Pour l'économie de ses moyens et l'efficacité de son message (Vive le …), le film La visite du général de Gaulle au Québec est certainement un exemple très réussi de cinéma direct.

Générique

Un film de Jean-Claude Labrecque .
Images : Bernard Gosselin, Jean-Claude Labrecque , Michel Brault .
Assistants : Pierre Mignot, Daniel Azrouni, Guy Dufaux.
Montage : Bernard Gosselin, Jean-Claude Labrecque .
Son : Marcel Carrière, Serge Beauchemin.
Montage sonore : Bernard Bordeleau.
Mixage : Jo Grimaldi.
Régie : Jacques Lorion, Laurence Paré.
Ce film a été produit par Jean-Claude Labrecque Inc. pour l'Office d'information et de publicité du Québec. Fin. Québec. MCMLXVII.
Note : N'apparaît pas au générique : Le texte du début est composé et dit par Pierre Perrault.

Prix et honneurs

À propos Contact Crédits
Site produit par : Site réalisé par : Turbulent Media
Avec la participation financière de :