Cinéma Québécois

Quête

+

Les smattes

Genre(s)
Drame policier
Support(s)
35 mm
Durée
85 min 35 sec
Année de sortie
1972
Budget
235 570 $

Garder sa terre, aussi mauvaise soit-elle
Refusant de quitter leur terre quand les « smattes » du gouvernement décident de fermer leur village et de relocaliser ses habitants, deux hommes en viennent aux coups avec la police et doivent entrer dans la clandestinité.  

Les populations que l'on déplace
Les ressources naturelles ne sont pas éternelles. Beaucoup de villages ont été fermés au Québec quand les industries forestières, minières ou halieutiques avaient épuisé la terre et la mer de leurs richesses, abandonnant alors les populations locales qui leur avaient servi de main-d'œuvre. Grands orchestrateurs de ce ballet de populations, les fonctionnaires du gouvernement provincial ont souvent fait preuve de courte vue et de peu d'empathie pour les personnes déplacées. La Gaspésie, où se déroule l'action du film Les smattes, a souvent connu cette situation, comme beaucoup d'autres régions du Québec. 

Labrecque, de la fiction au documentaire
Pour sa première oeuvre de fiction, Jean-Claude Labrecque s'est inspiré d'une situation réelle : le village de Saint-Paulin Dalibaire a vraiment vécu pendant une trentaine d'années, pour expirer en 1971, sur décision du gouvernement, après une exploitation anarchique du bois. Dans la tradition du temps, Labrecque a raconté son histoire à partir d'une base documentaire solide. En 2004, il est retourné sur le site du village sacrifié pour tourner Le grand dérangement de Saint-Paulin Dalibaire, et évoquer sa mémoire avec ses anciens habitants, qui ont passé toutes ces années parqués dans des HLM.


À la même époque, Marcel Carrière a filmé, sous forme documentaire, la fermeture de Saint-Octave-de-l'Avenir, autre village gaspésien, dans Chez nous, c'est chez nous.

Générique

Production : Pierre Lamy, Jean-Claude Labrecque
Maison de production : Cinak compagnie cinématographique, Films Jean-Claude Labrecque, Productions Carle-Lamy
Réalisation : Jean-Claude Labrecque
Scénarisation : Jean-Claude Labrecque, Lise Noiseux-Labrecque, Clément Perron
Montage : Pierre Leroux
Prise de son : Claude Lefebvre
Direction de la photographie : Guy Dufaux
Musique : Jacques Perron
Interprètes : Donald Pilon, Daniel Pilon, Louise Laparé, Marcel Martel, Marcel Sabourin, Pierre Dagenais, Colette Courtois, Paul Desmarteaux, Denis André, Bernard Assiniwi, Jean Brisson, Charles Fournier, Marcel Fournier, Réal Fournier, Gaétan Lafrance, Lucie Mathieu, Marc Mathieu, Jean Perraud

Prix et honneurs

À propos Contact Crédits
Site produit par : Site réalisé par : Turbulent Media
Avec la participation financière de :