Cinéma Québécois

Quête

+

Bûcherons de la Manouane

Genre(s)
documentaire
Support(s)
VHS / DVD
Durée
27 min 46 sec
Année de sortie
1962
Budget
8 736$

Papier-misère
Des cultivateurs sans récolte vont couper du bois en Haute-Mauricie, qu'ils expédient ensuite par la rivière Manouane jusqu'à Trois-Rivières, où les moulins le transforment en papier journal. Ce papier sert à alimenter les éditions voraces de La Presse ou celles du New York Times, encore plus voraces. La seule région de Trois-Rivières produit alors près de 40 % du papier journal consommé dans le monde. Pour réaliser cet exploit industriel, les bûcherons doivent affronter les rigueurs du froid, les dangers de la scie et les maladies liées à la promiscuité, à l'épuisement et à une nourriture pauvre en fruits et légumes frais. En marge de ces marginaux, le réalisateur s'intéresse aux Indiens Atikamekw qui partagent cette vie rude pour faire vivre leur famille.

Un classique est né
Bûcherons de la Manouane s'inscrit dans la tradition du cinéma direct par sa manière de filmer la réalité. Par le ton dénonciateur de son commentaire, Arthur Lamothe, qui signe son premier film, s'inscrit dans la même démarche que plusieurs de ses collègues de l'Office national du film. Ce Gascon installé à Montréal, où il a poursuivi ses études universitaires, a vivoté pendant ses premières années canadiennes en faisant différents métiers, dont celui de bûcheron en Abitibi. Portrait peu flatteur d'une industrie, Bûcherons de la Manouane est un témoignage d'amitié envers les bûcherons et les autochtones qu'elle exploite. Il constitue un jalon dans l'histoire du cinéma canadien. Arthur Lamothe a soutenu par ailleurs que l'ONF avait censuré son film, en l'obligeant à atténuer ses attaques contre la compagnie forestière dirigée par des anglophones et contre l'Église catholique; il a aussi dû atténuer sa dénonciation des conditions faites aux autochtones.

Générique

Production : Victor Jobin, Fernand Dansereau, ONF
Réalisation : Arthur Lamothe
Direction photo : Guy Borremans, Bernard Gosselin
Montage : Arthur Lamothe, Jean Dansereau
Prise de son, conception sonore : Claude Pelletier
Musique : Maurice Blackburn

Prix et honneurs

Primé au Annual Landers Associates Awards, à la Semaine internationale du film 16mm (Évian, France), au Film Festival Ann Arbor (États-Unis), au Festival international du film de Locarno (Suisse)

À propos Contact Crédits
Site produit par : Site réalisé par : Turbulent Media
Avec la participation financière de :