Cinéma Québécois

Quête

+

Parlez-nous d'amour

Genre(s)
Comédie dramatique
Support(s)
16 mm / 35 mm / VHS
Durée
126 min 40 sec
Année de sortie
1976
Budget
Environ 395 000 $

L'envers du décor
Un animateur vedette, dégoûté par son métier, décide de conscientiser son public à l'emprise que son émission de variétés exerce sur lui. Dans le cadre même de son émission, il s'attèle à révéler toute la laideur de l'envers du décor. Dans les loges, les régies, les salles de maquillage et les bureaux de production, le spectateur découvre ce qu'est parfois la télévision grand public : une entreprise cynique, méprisante et corrompue, qui se moque de la naïveté de son propre auditoire.

Une opération d'aliénation massive
Pour écrire le scénario de Parlez-nous d'amour , le cinéaste Jean-Claude Lord s'est attaché au plus grand dramaturge de sa génération, Michel Tremblay, observateur perspicace de l'aliénation des masses.   Ensemble, les deux auteurs attaquent de front le milieu corrompu des variétés qu'ils connaissent bien et que l'œuvre de Tremblay a souvent dépeint avec des accents tragiques. Ils nous révèlent notamment que des agents d'artistes ont recours à un système généralisé de pots-de-vin pour favoriser la promotion de leurs clients, que les journaux à potins marchandent leur discrétion quand il s'agit de révéler ou non un scandale impliquant un artiste connu, que les téléthons paient leur animateur, pourtant réputé bénévole, en fonction des cotes d'écoute qu'il génère… Ou encore, que des producteurs n'hésitent pas à conditionner leur protection aux faveurs sexuelles que les jeunes aspirantes à la carrière artistique sont prêtes à leur offrir.  Voilà ce qui se cache derrière la magie rose bonbon qui fait tant rêver les masses candides, ce « club des varices » comme les appellent méchamment les artisans des variétés. 

Rôle suicidaire
La révélation la plus étonnante de cette « tragédie des variétés » est le fait qu'elle soit portée par l'acteur Jacques Boulanger, qui en tient le rôle principal, et qui ne fait qu'y jouer sa propre vie.  En 1976, quand fut tourné Parlez-nous d'amour Jacques Boulanger était lui-même au faîte de sa carrière d'animateur de variétés et l'idole de ce public de gentilles dames qu'il faisait rêver. Il s'est néanmoins complètement donné à cette entreprise de dénonciation.

Générique

Production : Robert Ménard
Réalisation : Jean-Claude Lord
Scénarisation : Jean-Claude Lord, Michel Tremblay
Montage : Jean-Claude Lord, Lise Thouin
Prise de son : Henri Blondeau
Direction de la photographie : François Brault
Interprètes : Véronique Béliveau, Jacques Boulanger, Nicole Cloutier, Benoît Girard, Anne Létourneau, Claude Michaud

Prix et honneurs

À propos Contact Crédits
Site produit par : Site réalisé par : Turbulent Media
Avec la participation financière de :