Cinéma Québécois

Quête

+

Roger Frappier

Année de naissance
1945
Métier(s)
Producteur, réalisateur, scénariste, monteur

Le producteur créatif
Né à Sorel, Roger Frappier s'exerce à plusieurs métiers du cinéma avant de devenir producteur : il a notamment été l'assistant-monteur d'Arthur Lamothe, puis scénariste, et il a réalisé une demi-douzaine de documentaires. En 1984, sur la suggestion de Denys Arcand, il devient producteur, métier dont il ignorait jusqu'alors le potentiel créatif. Il deviendra ainsi le producteur qu'il aurait aimé avoir quand il était réalisateur, en préparant le meilleur environnement possible pour les créateurs qu'il sert. Promu directeur du studio de fiction de l'Office national du film du Canada (ONF) en 1984, il est associé à trois grands succès de 1986 : Anne Trister de Léa Pool, Pouvoir intime d'Yves Simoneau, coproduit avec Claude Bonin, et Le déclin de l'empire américain de Denys Arcand, coproduit avec René Malo.

Max Films
En 1986, Roger Frappier devient aussi producteur indépendant : il fonde Max Films avec Pierre Gendron, maison qui donnera pendant vingt ans des films phares et des succès commerciaux : Un zoo la nuit  de Jean-Claude Lauzon, Jésus de Montréal de Denys Arcand, Ding et Dong le film d'Alain Chartrand, Love and Humain Remains de Denys Arcand, La comtesse de Bâton Rouge d'André Forcier, La vie après l'amour de Gabriel Pelletier. Frappier établit à la même époque des partenariats internationaux, avec l'Europe et l'Argentine notamment.

Le champion de la relève
Vers la fin des années 1990, Roger Frappier s'intéresse à de jeunes cinéastes, qui réalisent chez lui leurs premiers films : il est aussi à l'origine du projet Cosmos dont les segments sont réalisés par Arto Paragamian, Denis Villeneuve, Jennifer Alleyn, André Turpin, Manon Briand et Marie-Julie Dallaire. Des œuvres importantes font suite : Un 32 août sur Terre et Maelström de Denis Villeneuve, 2 secondes de Manon Briand, Matroni et moi de Jean-Philippe Duval, L'ange de goudron de Denis Chouinard, La grande séduction de Jean-François Pouliot, ou Borderline de Lyne Charlebois.

Le retour de Roger Frappier
Roger Frappier soutient régulièrement la relève et jongle avec plusieurs projets qui le passionnent, dont Dédé Fortin de Jean-Philippe Duval.

C'est grâce à sa tante qui était ouvreuse de salles de cinéma que Roger Frappier s'est passionné très jeune pour le septième art. Il revoyait sans arrêt les mêmes deux films pendant deux jours, jusqu'à ce qu'il comprenne le comment du pourquoi de leurs qualités ou de leurs faiblesses.

Filmographie

2008 : Borderline, Lyne Charlebois
2005 : La vie secrète des gens heureux, Stéphane Lapointe, Guide de la petite vengeance
2004 : La vie avec mon père, St-Martyrs-des-Damnés, Les filles du botaniste
2003 : La grande séduction, Père et fils
2002 : Comment ma mère accoucha de moi durant sa ménopause, La turbulence des fluides
2001 : Le premier sens, L'ange de goudron
2000 : La vie après l'amour, Maelström
1999 : Matroni et moi, La grande mouvée, Lumières des oiseaux
1998 : Un 32 août sur Terre, 2 secondes, Le Onzième
1996 : Cosmos
1994 : Love and Human Remains
1992 : La vie fantôme, Jacques Leduc, El lado escuro del corazon
1991 : Ding et Dong le film
1989 : Jésus de Montréal
1987 : Un zoo la nuit
1986 : Le déclin de l'empire américain, Sonia
1985 : Cinéma, cinéma
1980 : Cordélia

Prix et honneurs

En 1999, Roger Frappier y a reçu le Prix Albert-Tessier qui récompense l'ensemble de son œuvre dans le domaine du cinéma.

Dans le cadre de sa 51e édition, le Festival de Cannes a rendu en 1998 un hommage particulier à onze producteurs du monde entier parmi lesquels figurait Roger Frappier.

En 1996, il est honoré du titre de Chevalier de l'Ordre des arts et des lettres de France.

À propos Contact Crédits
Site produit par : Site réalisé par : Turbulent Media
Avec la participation financière de :