Cinéma Québécois

Quête

+

Luce Guilbeault

Année de naissance
1935
Métier(s)
actrice,

 

D'abord le théâtre et un brin de cinéma
Montréalaise, fille de médecin, Luce Guilbeault est initiée très tôt aux arts, notamment à la musique et au théâtre. Elle poursuit des études à l'Actors Studio de New York. Elle débute à la télévision avec Opération-mystère (1957-1959). Dans les années 1960, elle joue dans beaucoup de pièces de répertoire, notamment de Françoise Loranger. Elle est de la première distribution des Belles sœurs de Michel Tremblay en 1968. Entretemps, elle participe à deux documentaires oneffiens, Parallèles et grand soleil et Percé on the Rocks.

Une décennie très chargée des deux côtés de la caméra
Plus de vingt fois, durant la décennie 1970, on retrouve Luce Guilbeault au grand écran. Cela débute avec des rôles courts, mais significatifs, dans Françoise Durocher waitress, Le temps d'une chasse et IXE-13. Elle interprète ensuite des personnages importants dans des films de Denys Arcand, Jacques Leduc, Jean Beaudin, etc. Elle excelle aussi bien dans des rôles de mégère ou de serveuse que de femme au foyer, de voisine chaleureuse, ou d'amie attentive. On la retrouve dans plusieurs films à visée féministe d'Anne Claire Poirier. Quel que soit son rôle, «Luce Guilbeault laisse toujours poindre un jeu énigmatique, des regards perdus et une musicalité vocale particulière qui confèrent à ses personnages un mélange original de force et de fragilité» (Pierre Véronneau).
Derrière la caméra, elle réalise un portrait attachant de Denyse Benoit, comédienne en 1975. Puis elle s'associe à Nicole Brassard et Margaret Wescott pour faire connaître Some American Feminists. Finalement, avec D'abord ménagères, dans la tradition du cinéma direct, elle pénètre dans quelques foyers pour présenter le travail ménager dans toutes ses dimensions. 

 Une dernière décennie au petit écran
Dans les années 1980, on retrouve Guilbeault surtout à la télévision. Elle joue des rôles substantiels dans quelques séries populaires (Le temps d'une paix, Des dames de cœur, Un signe de feu). Rien de cela ne dépare l'engagement féministe de toute sa carrière.

 

Filmographie

Comme actrice :

1990 : Petit drame dans la vie d'une femme (A. Pelletier, cm)
1990 : La nuit du visiteur (Laurent Gagliardi, c.m.)
1989 : Un signe de feu (tv)
1986 : Qui a tiré sur nos histoires d'amour (Louise Carré)
1986 : Des dames de cœur (tv)
1982 : Quarantaine, La (Anne Claire Poirier)
1982 : Albedo (Jacques Leduc, René Roy, m.m.)
1980 : Temps d'une paix, Le (tv)
1979 : Mourir à tue-tête (Anne Claire Poirier)
1978 : Passages  (B. Sagal)
1978 : C'est dangereux ici d'Arthur Lamothe
1978 : Angela (N. Blue, c.m.)
1977 : J.A. Martin photographe (Jean Beaudin)
1976 : Bargain Basement (J.N. Smith, c.m.)
1976 : Québec fête juin '75 de Claude Jutra et Jean-Claude Labrecque
1976 : Rappelle-toi (V. Cholokian et Mireille Dansereau, m.m.)
1975 : Mustang (Marcel Lefebvre)
1975 : Y'a pas de problème (tv)
1975 : Temps de l'avant, Le (Anne Claire Poirier)
1974 : Par une belle nuit d'hiver (Jean Beaudin, c.m.)     
1974 : Beaux dimanches, Les (Richard Martin)
1973 : O.K. ... Laliberté (Marcel Carrière)    
1973 : Souris, tu m'inquiètes (Aimée Danis)    
1973 : Dernière neige, La  (André Théberge, m.m.)
1973 : Tendresse ordinaire (Jacques Leduc)
1973 : Réjeanne Padovani (Denys Arcand)
1973 : Grand sabordage, (A. Perisson)
1972 : Maudite galette, La (Denys Arcand)
1972 : IXE-13 (Jacques Godbout)
1972 : Temps d'une chasse, (Francis Mankiewicz)
1972 : Françoise Durocher, Waitress (André Brassard, c.m.)     
1969 : Martin, Les (t.v.)
1964 : Parallèles et grand soleil (Jean Dansereau)
1964 : Percé on the Rocks (Gilles Carle)    
1957 : Opération-mystère (t.v.)

Comme réalisatrice :

1978 : D'abord Ménagères
1977 : Some American Feminists
1975 : Denise Benoît, comédienne

Prix et honneurs

 

Entre 1991 et 1998, les Rendez-vous du cinéma québécois remettent annuellement le Prix Luce-Guilbeault au meilleur jeune acteur prometteur ou à la meilleure jeune actrice prometteuse. Luc Picard, Linda Roy et Patrick Huard, entre autres, le reçoivent.
La Cinémathèque québécoise a nommé Foyer Luce-Guilbeault le grand lobby qui permet de présenter des expositions complémentaires à la programmation des salles de projection.

 

À propos Contact Crédits
Site produit par : Site réalisé par : Turbulent Media
Avec la participation financière de :