Cinéma Québécois

Quête

+

Jean Beaudry

Année de naissance
1947
Métier(s)
Réalisateur, acteur, monteur, scénariste, enseignant

Beaudry et Bouvier, documentaristes
Acteur, metteur en scène et professeur de théâtre (il filme la Vie et mort du roi boiteux de Jean-Pierre Ronfard en 1982), Jean Beaudry obtient son premier rôle au cinéma dans La maison qui empêche de voir la ville (1975) du cinéaste québécois Michel Audy. En 1977, il s'associe au réalisateur, producteur et scénariste François Bouvier avec qui il coréalise un premier documentaire : J'sors avec lui pis je l'aime. Monteur sur Mission réadaptation (François Bouvier, 1980), il coréalise un second documentaire, Une classe sans école (F. Bouvier, M. Simard, 1980).

Beaudry et Bouvier, réalisateurs de fiction
Dans Jacques et Novembre, la première grande fiction coscénarisée et coréalisée par Beaudry et Bouvier, Jean Beaudry tient le rôle titre du jeune homme condamné à court terme par la maladie et qui filme avec humour le dernier mois de sa vie. Tourné en 1981, sorti en 1984, le film a également été monté par Jean Beaudry. Ce film artisanal, produit à l'arraché, a marqué les années 1980 avec son ton mesuré et optimiste. Beaudry et Bouvier poursuivent leur collaboration jusqu'en 1989, avec Les matins infidèles, leur deuxième long métrage de fiction, où Beaudry, à nouveau, assume le montage et tient la vedette, qu'il partage cette fois avec Denis Bouchard. Jean Beaudry, acteur convaincant, apparaîtra dans Trois pommes à côté du sommeil  de Jacques Leduc (1988), Onzième spéciale de Micheline Lanctôt (1988) et Les malheureux magnifiques, court métrage de Mireille Goulet (1992).

Beaudry réalisateur soliste
En solo, Jean Beaudry réalise deux « Contes pour tous », la série de longs métrages pour la famille produite par Rock DemersPas de répit pour Mélanie en 1990,  et Tirelire, combine$ & cie en 1992. En 1996,  il scénarise et réalise Le cri de la nuit, film au ton grave qui n'attire pas un public très nombreux.  Pour diffuser son documentaire L'objectif subjectif (1998), sur l'histoire de la photographie québécoise, le télédiffuseur décide de masquer certains visages apparaissant sur les photos, au nom du respect de la vie privée : Beaudry qualifie ce geste de censure, et lance un débat passionné sur la question.  Enfin, Jean  Beaudry a occupé la présidence de la Cinémathèque québécoise de 1999 à 2001 et il enseigne le cinéma à l'UQÀM.

Filmographie

Comme réalisateur
1998 : L'objectif subjectif
1997 : Histoires de musées (télévision)
1996 : Le cri de la nuit (également scénariste)
1992 : Tirelire, combine$ & cie
1990 : Pas de répit pour Mélanie
1989 : Les matins infidèles (également coscénariste, monteur et acteur) - Primé au Festival international du film francophone de Namur
1984 : Jacques et novembre (également coscénariste, coproducteur, monteur et acteur) - Primé au Festival international du film de Tokyo
1982 : Vie et mort du roi boiteux
1980 : Une classe sans école
1977 : J'sors avec lui pis je l'aime (également monteur)

Comme scénariste
1996 : Le silence des fusils

Comme acteur
1992 : Les malheureux magnifiques (court métrage)
1988 : Trois pommes à côté du sommeil, Onzième spéciale
1975 : La maison qui empêche de voir la ville

Comme monteur
1980 : Mission réadaptation

Comme assistant réalisateur
1987 : Marie s'en va-t-en ville

Prix et honneurs

À propos Contact Crédits
Site produit par : Site réalisé par : Turbulent Media
Avec la participation financière de :